Messages radios : entre mythe et réalité

Dans le domaine de l’aviation aérienne, la communication radio représente un pilier central, vital pour la sécurité et l’efficacité des opérations. Pour les aspirants pilotes d’hélicoptères, maîtriser l’art de la communication radio n’est pas seulement une compétence; c’est une nécessité absolue. Dans cet article, nous démystifions pour vous le domaine des messages radios, très largement théâtralisé par les œuvres cinématographiques. Entre mythe et réalité, quelles sont les fausses croyances de la communication entre les pilotes et les contrôleurs aériens ? Quels sont les vrais messages radios utilisés ?

Expérience pilote hélicoptère

La communication radio

L’importance de la communication radio dans l’aviation n’est pas à sous-estimer. Elle est le fil conducteur qui relie les pilotes d’hélicoptères aux contrôleurs aériens, garantissant un trafic aérien fluide et sécurisé. Au cœur de ce système complexe se trouve un langage radio unifié – un ensemble de protocoles, de termes standardisés et de procédures qui transcendent les frontières et les cultures. Le but de cette standardisation est d’assurer une compréhension claire et sans équivoque entre l’ensemble des partis durant un vol.

C’est l’OACI (Organisation de l’Aviation Civile Internationale) qui est à l’origine des normes et pratiques recommandées. Les premières instructions en télécommunication ont été adoptées dès 1949 et ont pris effet en 1950. Si cela vous intéresse, cette “annexe 10” de la convention de Chicago est disponible en ligne à partir de ce lien. 

L’uniformité linguistique est essentielle; sans elle, le risque de malentendus augmente, mettant potentiellement en péril la sécurité des équipages et des passagers. La conception populaire de ces messages et de la réalité terrain reste pourtant mystérieuse et souvent biaisée par un aspect culturel propre à chaque individu, le cinéma. 

Pourquoi tant de mythes autour de la communication radio aérienne ?

La culture populaire et les médias ont depuis toujours utilisé l’hélicoptère et l’avion comme un instrument de scénario impactant. Synonyme d’actions, de voyages, de scènes à huit clos, la communication aérienne y a été très largement simplifiée, parfois dramatisée afin d’ajouter une idée de réalisme lors des télécommunications. Nous avons tous en tête les scènes catastrophes, où le pilote communique : “Mayday Mayday, appel à la tour de contrôle” de façon très insistante, sans autres informations permettant la géolocalisation et la clarté de transmission des informations auprès de la tour. 

Ces représentations erronées des interactions radios ont pourtant marqué des millions de spectateurs.

Des films comme “Blue Thunder”, “Superman”, “Die Hard” ou encore “Terminator” sont la preuve de l’usage et l’impact des messages radios dans le cinéma. 

Ces représentations hollywoodiennes sont souvent plus théâtrales que techniques. Bien que toutes les informations ne soient pas totalement fausses. 

Les mythes de la communication radio

Compréhensible, sans interférence ni bruit de fond, les messages radios seraient, sauf en cas d’extrême urgence, parfaitement clairs. En réalité, de nombreux facteurs affectent régulièrement les lignes de télécommunications : intempéries, équipement utilisé, distance géographiques entre l’appareil et la tour de contrôle….

Bien qu’à première vue complexe, le langage aéronautique est conçu pour être le précis et clair possible pour la personne qui le reçoit. Tout comme le domaine médical a son propre jargon, l’alphabet phonétique et les codes imposés par la télécommunication aérienne ne représentent qu’une nouvelle forme de langage à apprendre pour assurer une compréhension universelle. 

Le saviez-vous ? L’ensemble des collaborateurs du secteur aérien doivent apprendre la communication aérienne. Ainsi, pour avoir leur CCA, les hôtesses de l’air et stewards doivent comprendre l’ensemble des télécommunications radios du transport aérien, afin de réagir au mieux en cas de besoins.

Bien que la communication verbale soit primordiale, les pilotes et les contrôleurs aériens utilisent également une gamme d’outils numériques et de systèmes automatisés pour transmettre des informations. Ces systèmes complètent la communication verbale, augmentant ainsi l’efficacité et la sécurité des échanges.

En réalité, ces échanges sont généralement méthodiques, calmes et précis. La clarté et la concision sont primordiales dans la communication aérienne pour éviter toute confusion. Les dialogues sensationnels et émotionnels que l’on voit souvent dans les films sont loin de la communication standardisée et professionnelle utilisée dans la vie réelle.

Afin de l’activer, de communiquer et d’être efficace, l’usage d’une radio nécessite une formation bien précise et spécifique. Un passager ne saura pas l’utiliser, et ce même en cas d’extrême urgence. 

Les mythes sur les messages radios

On peut communiquer des informations personnelles par la télécommunication radio :

Les communications radio sont strictement professionnelles et se concentrent sur les informations essentielles à la sécurité et à l’efficacité du vol. Il existe des règles strictes et des protocoles à suivre, et les échanges personnels sont fortement déconseillés.

Le lexique de l’aéronautique se résume à l’alphabet de l’OACI

Alpha, Bravo, Charlie, Delta jusqu’à Zulu, l’alphabet aéronautique international ne se résume pas à ces simples mots. En effet, un lexique bien plus complet, que vous apprendrez dans le cadre de votre examen FCL.055 (dont nous avons rédigé un article complet), devra être totalement maîtrisé pour faire de vous un pilote d’hélicoptère. Une longue liste de termes liées à toutes les situations devront être également connus par les pilotes (termes liées au feu ou à la fumée, à la survie, la gestion de passagers, les situations et éléments de vol, les parties et mécanismes des hélicoptères….). 

Voici un exemple de quelques termes à apprendre dans le cadre d’une certification aérienne :  

Le nom des fréquences radios ne peut pas être communiqué comme un nombre.

Afin de ne pas créer d’ambiguïté dans la communication de la fréquence, on épellera les chiffres de la fréquence individuellement plutôt qu’un nombre entier. Ainsi, la fréquence 132.956 MHz sera transmise en communiquant : “un, trois, deux, point, neuf, cinq, six”.

Le nom des fréquences radios ne peut pas être communiqué comme un nombre.

On ne communique pas à la radio sous formes de phrases, comme on le ferait dans une situation quotidienne. Chaque mot est choisi afin de donner les informations les plus précises en un minimum de mots.

Par exemple“Lima Charlie, en approche”, “Lima Charlie, rappelle en sortie”, etc…

La réalité sur la télécommunication des pilotes.

Comprendre la nature de la télécommunication réelle entre les pilotes et la tour de contrôle est primordial. Cette communication est un élément fondamental de la navigation aérienne, assurant la sécurité, l’efficacité et la régulation du trafic aérien.

Les Spécificités de la Télécommunication Aérienne

La communication entre les pilotes d’hélicoptères et les contrôleurs aériens est régie par des protocoles stricts, conçus pour éviter les erreurs et les malentendus. Ces protocoles incluent l’utilisation de l’Alphabet phonétique de l’OTAN pour épeler les noms, les codes, et les indications, assurant une clarté universelle. Les messages sont généralement courts, précis et suivent un format structuré pour garantir l’efficacité et la précision.

 

Voici quelques termes couramment utilisés dans la communication radio aérienne :

Utilisé pour indiquer que le message a été reçu et compris.

Signifie que le locuteur a terminé de parler et attend une réponse.

Abréviation de « will comply », indiquant que les instructions reçues seront suivies.

Un terme international utilisé en cas d’urgence grave.

Se réfère à un code spécifique transmis par le transpondeur de l’hélicoptère pour l’identification et le suivi.

Contextes d'Utilisation de la Télécommunication Radio

La télécommunication radio est utilisée dans divers contextes au cours d’un vol en hélicoptère, notamment :

Décollage et Atterrissage : Les pilotes communiquent avec la tour de contrôle pour obtenir des autorisations de décollage et d’atterrissage, et pour être informés sur les conditions de la piste et le trafic aérien.

Navigation : Les pilotes rapportent régulièrement leur position, leur altitude et leur cap, et reçoivent des informations sur le trafic aérien et les autres conditions pertinentes.

Urgences : En cas de situations d’urgence, les pilotes utilisent la communication radio pour informer la tour de contrôle et demander une assistance immédiate.

Météo : Les mises à jour météorologiques sont transmises aux pilotes pour les aider à anticiper et à réagir aux conditions changeantes.

En comprenant ces aspects de la télécommunication radio, les futurs pilotes d’hélicoptères peuvent acquérir une appréciation plus profonde de l’importance de la communication précise et efficace. Cette compétence est cruciale pour naviguer en toute sécurité dans l’espace aérien complexe et souvent encombré d’aujourd’hui.

Conclusion

En démystifiant les mythes populaires et en présentant la réalité de ces communications, nous avons pu mettre en lumière l’importance cruciale d’une communication claire, concise et standardisée dans la gestion du trafic aérien.

Des termes comme « Roger », « Over », et « Wilco » ne sont pas de simples jargons, mais des éléments essentiels d’un système de communication conçu pour maximiser la sécurité et l’efficacité. En outre, la compréhension des contextes spécifiques dans lesquels ces communications sont utilisées – que ce soit pour le décollage, la navigation, la gestion des urgences ou les mises à jour météorologiques – est indispensable pour tout pilote aspirant.

La formation des pilotes d’hélicoptères doit donc mettre un accent particulier sur la maîtrise de ces compétences de communication. Une compréhension approfondie et une pratique rigoureuse de la communication radio sont indispensables pour naviguer en toute sécurité dans les cieux, où la précision des mots peut faire la différence entre un vol réussi et une situation périlleuse.

Vous souhaitez découvrir le monde des pilotes d'hélicoptères ? Contactez-nous !
CEFA - Centre Européen de Formation Aéronautique

CEFA – Centre Européen de Formation Aéronautique

Notre antenne au Luxembourg

Nos offres de formations

LICENCE DOUBLE CPL(H)

Devenir pilote en Europe et au Canada

LICENCE CPL(H)

Devenir pilote en Europe uniquement

LICENCE PPL(H)

Pour devenir pilote pour le plaisir personnel

CONVERSION VERS EASA

Pour convertir sa licence et voler en Europe

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *